Genrikh Saulovich Altshuller

Genrikh Altshuller est né le 15 octobre 1926 à Tashkent. Ses parents étaient nés à Bakou. Son père était un membre de l’équipe éditoriale du journal the “Zarya Vostoka”.

Quand Genrikh eut 5 ans, ses parents déménagèrent à Bakou. Genrikh Altshuller y résida jusqu’en 1990, puis déménagea à Petrozavodsk, où il vécut et travailla jusqu’à sa mort. Très jeune, il avait découvert l’existence des bibliothèques et commença à lire beaucoup – surtout des nouvelles de science-fiction. Par chance, à l’école, il eut de très bons enseignants. Il rêvait de devenir navigateur.

Après avoir passé son certificat de premier cycle de secondaire (4ème), il intégra une école navale spéciale pour finir son parcours d’enseignement secondaire. Après le début de la seconde guerre mondiale, tous les étudiants furent envoyés au front. Genrikh avait un an d’avance, et c’est pourquoi il resta à Bakou et continua ses études dans cette école secondaire. Il reçut son premier certificat d’auteur (NdT : l’équivalent d’un brevet d’invention à l’époque soviétique) pour un appareil de plongée sous-marine fonctionnant au peroxyde d’hydrogène, alors qu’il était en 2nde. Après avoir obtenu son diplôme, il fut enrôlé dans un régiment de tirailleurs, puis fut envoyé dans une école de pilotage d’avions. Quand il fut diplômé de cette école, la guerre était terminée. Genrikh Altshuller demanda à être envoyé à la flotte de Bakou. C’est ainsi qu’il commença à travailler au département des brevets de la flotte de Bakou. Il continua à réaliser de nombreuses inventions, et enseigna l’art d’inventer à d’autres personnes. Enseigner l’art d’inventer l’amena, comme une nécessité, à développer une méthode d’invention. Contrairement aux psychologues, qui étudiaient les êtres humains dans leur activité inventive, Genrikh Altshuller commença à étudier les inventions elles-mêmes, c’est-à-dire les systèmes d’ingénierie inventés par les hommes. Il chercha des caractéristiques spécifiques permettant de distinguer les inventions « fortes » des inventions « faibles ». Il choisit le concept de contradiction comme pièce angulaire de sa méthode. Il analysa la collection complète de certificats d’auteurs et identifia des approches standard pour résoudre des contradictions techniques. En 1948 il obtint les premiers résultats de ce travail.

Avec son ami R. Shapiro, Genrikh Altshuller écrivit une lettre à Staline décrivant la situation d’extrême pauvreté de l’activité inventive dans le pays. A la fin de sa lettre, il informait Staline du fait qu’il travaillait sur une méthode permettant de résoudre des problèmes inventifs, et proposait d’enseigner sa méthodologie aux inventeurs. Il prit 6 mois pour écrire cette lettre de 30 pages. A cette époque, Altshuller avait 22 ans. Les deux amis furent arrêtés et écroués en 1950. Leur affaire fut traitée à Moscou. Ils furent torturés – les interrogateurs gardaient les prisonniers éveillés jour et nuit. Altshuller fut condamné à 25 ans de prison et envoyé dans la ville de Vorkuta.

Sa mère se suicida en 1953, après avoir reçu un refus de sa pétition pour demande de grâce. Le père d’Altshuller était décédé un peu plus tôt. En 1954, Altshuller fut réhabilité. Le premier article d’Altshuller fut publié dans le journal «Problèmes de psychologie » en 1956. L’objet principal de cet article était que l’ingénierie évolue selon des lois objectives qu’il s’agit d’étudier. L’article postulait aussi que pour résoudre tout problème inventif, il s’agit d’identifier et résoudre une contradiction. Altshuller est l’auteur de plusieurs dizaines d’inventions. L’une de ses inventions les plus intéressantes est une combinaison spéciale pressurisée pour secourir les membres de son équipe. Après sa réhabilitation, Altshuller travailla dans une usine de production de câbles d’acier pour quelque temps, puis comme membre de l’équipe éditoriale du journal « Bakinskiy Rabochiy », et ensuite au ministère de la construction de la république d’Azerbaïdjan. A partir du milieu des années 1960, il quitta son travail, et commença à gagner sa vie de ses écrits. Altshuller était un écrivain de science-fiction. Il publia des nouvelles de science-fiction sous le pseudonyme de Genrikh Altov. Ses nouvelles furent traduites dans d’autres langues, et l’écrivain Altov est inclus dans les encyclopédies de science-fiction.

Graduellement, TRIZ pris le pas sur la science-fiction, et Altshuller dévoua le reste de sa vie à TRIZ seulement. L’implémentation de la méthode TRIZ n’était pas facile. Pendant 10 ans, de 1958 à 1967, Altshuller maintint une correspondance avec le conseil central de la société des inventeurs et innovateurs de l’union soviétique. Altshuller demandait seulement l’opportunité de parler de sa méthodologie, mais année après année, il essuya des refus. En 1970, ce conseil central prit la décision de créer le laboratoire public de la méthodologie d’invention, et l’institut public azerbaïdjanais de créativité inventive fut créé en 1971 sur la base de l’école de jeunesse de l’activité inventive (qui était la première école de ce type en URSS). Altshuller déploya beaucoup d’efforts pour organiser le travail de recherche scientifique. Les employés du laboratoire public de la méthodologie d’invention travaillaient sur le principe d’une course de relais. Ceux qui ne pouvaient pas suivre le rythme imposé partaient, laissant les résultats de leur recherche à ceux qui venaient après eux. Altshuller réussit à organiser une équipe créative efficace de développeurs de la théorie. Des écoles dans lesquelles TRIZ était enseignée, commencèrent à émerger dans de nombreuses villes soviétiques.

En 1974, le conseil central précité ferma le laboratoire public de la méthodologie d’invention parce qu’Altshuller avait désobéi à l’ordre d’arrêter l’ouverture d’écoles de TRIZ à travers le pays. Le processus de création d’écoles de TRIZ s’avéra incontrôlable pour le conseil central. A la fermeture du laboratoire, Altshuller quitta son travail à l’institut public azerbaïdjanais de créativité inventive, suivi par les enseignants qui partageaient son point de vue sur TRIZ. Altshuller déploya également d’énormes efforts pour organiser la société TRIZ, un cercle de personnes qui utilisaient TRIZ dans leur travail et dans leur vie. A partir des années 1990, TRIZ commença à gagner de la reconnaissance de l’étranger, d’abord en provenance des pays les plus développés. Récemment, TRIZ a reçu une reconnaissance large aux Etats-Unis, ce qui s’explique, en particulier, par la publication des livres d’Altshuller aux Etats-Unis, au Japon et dans d’autres pays, et aussi par le développement du logiciel « Invention Machine » pour les PC. Altshuller a laissé un énorme héritage d’écrits.

Ses livres ont été traduits dans de nombreuses langues. Récemment des chercheurs ont introduit TRIZ dans la pratique pédagogique et dans d’autres champs de l’activité humaine. L’association TRIZ russe a été créée en 1989, et a depuis beaucoup fait pour organiser la société des praticiens de TRIZ. En 1997, la convention de l’association TRIZ (qui s’est tenue à Petrozavodsk) prit la décision de créer l’association internationale de TRIZ : MATRIZ. Le texte ci-dessus est basé sur les informations fournies par L. Kozhevnikova.